BILAN VISUEL

Principe

Haute-Vision privilégie votre vision sur le long terme.

Le bilan visuel préopératoire est une étape essentielle. Nous y consacrons tout le temps et l’attention nécessaires (il faut prévoir de 60 à 90 minutes). Le bilan préopératoire précède l’indication opératoire. Il se fait sur place au cabinet.

Il y a trois composantes très importantes :

  • la faisabilité de votre intervention,
  • les mesures personnelles de votre oeil,
  • l’échange avec votre ophtalmologiste, autour de votre cas personnel.
Aucun chirurgien qui adhère au concept Haute-Vision ne cherchera à vous convaincre en vous assurant que vous n’aurez plus jamais de lunettes. Ce serait irréaliste ! Un objectif réaliste est l’amélioration de votre qualité visuelle, tout en tenant compte de votre âge et des évolutions qui vous attendent sur vingt, trente ou quarante ans, de réduire votre dépendance aux lunettes et si possible de les supprimer

Trois objectifs

Pour l’équipe de Haute-Vision la relation patient – médecin est primordiale.

Objectif médical

S’assurer que vous ne présentez pas de contre-indications à la chirurgie réfractive au laser excimer. Seul votre ophtalmologiste est apte à en faire l’interprétation et à vous faire part de ses constatations.

Objectif optique

Prendre toutes les mesures qui vont servir à déterminer la correction qui sera programmée dans le laser excimer.Certains paramètres sont standardisés mais certains paramètres sont personnels et leur interprétation dépend de l’expérience du chirurgien.

Objectif personnel

Seul avec votre médecin, vous pourrez discuter de votre cas. Il vous fera part de
ses conclusions et répondra à vos questions. A la fin du bilan, il vous est remis un devis et une fiche de « consentement éclairé » établie par la Société Française d’Ophtalmologie. Elle sera à lire soigneusement et à rapporter signé lors de votre intervention.

Les examens

Haute-Vision dispose de materiel de haute precision

Les lentilles souples doivent impérativement être déposées 8 à 10 jours avant pour que la cornée puisse reprendre sa forme naturelle sinon les mesures sont impossibles ou faussées. Il faut prévoir 60 à 90 minutes pour ces examens.

  • L’état de la cornée et de l’ensemble du système visuel est vérifié.
  • La cornée doit être d’épaisseur et de forme normales.
  • L’absence de cataracte est contrôlée.
  • Le nerf optique et la rétine doivent être normaux.

Si tout est normal, on procède alors aux mesures qui détermineront votre correction et qui serviront à la programmation du laser excimer et du laser femtoseconde. Le grand nombre d’appareils de diagnostic, dans des cas-limite, nous permet de comparer et d’affiner les résultats.

Tous les actes, y compris ceux effectués par des auxiliaires médicaux, le sont sous la responsabilité du médecin que vous avez choisi. Toute interprétation d’un acte médical par un auxiliaire médical ou un non-médecin est assimilable à l’exercice illégal de la médecine et réprimé par les articles L4161-1 à L4161-6 du code de la santé publique.

La mesure de l’acuité visuelle

L’acuité visuelle se mesure au nombre de lignes que vous lisez sur une charte spécifique avec et sans correction, en commençant par les plus grosses lettres. Votre acuité visuelle est déterminée par la ligne la plus petite que vous arrivez à lire.

Voir les appareils de diagnostic >>

La topographie cornéenne

Le diagnostic d’une cornée normale est la condition obligatoire préliminaire à une chirurgie réfractive au laser excimer. Cet examen établit une carte de votre cornée. Quatre topographes différents permettent de déterminer avec une grande sécurité la forme et l’épaisseur de la cornée et de confronter les résultats. Certaines anomalies cornéennes contre-indiquent ce type de chirurgie. Les anomalies les plus courantes sont une cornée trop fine, irrégulière ou un kératocône.

Voir les appareils de diagnostic >>

La mesure de l’angle Kappa

C’est la mesure de l’angle qui existe entre d’une part la fovéa et le centre de la pupille et la fovéa et l’axe visuel, d’autre part. Ces informations sont données par les topographes cornéens. Il sert à centrer le rayon du laser excimer et l’Eyetracker qui accompagne les micromouvements de l’œil. L’AMARIS 750S par la reconnaissance irienne en tient compte automatiquement.

L’aberrométrie

Le système visuel n’étant jamais parfait, le chirurgien doit s’assurer que ces « aberrations » n’impacteront pas le résultat final de la chirurgie réfractive. Il existe des aberrations de « bas grade » (celles corrigées par les lunettes) et des aberrations de « haut grade » (celles qui ne peuvent être corrigées par des lunettes) qui doivent être cartographiées et mesurées. Cette cartographie permet de connaître la qualité de l’ensemble du système visuel et de distinguer les aberrations liées à la cornée de celles

liées au cristallin. Ces informations servent à guider l’action du faisceau du laser excimer par reconnaissance irienne.

Voir les appareils de diagnostic >>

La pachymétrie

L’épaisseur de la cornée peut être mesurée de deux façons. La méthode optique permet de mesurer l’épaisseur de la cornée. C’est un élément déterminant. Si le chirurgien le juge nécessaire une deuxième mesure peut être effectuée par ultrasons et laser infrarouge. Celle-ci est confirmée par le laser excimer juste avant l’intervention, « online-pachymetry ».

Voir les appareils de diagnostic >>

L’analyse des fibres optiques

La qualité de la rétine, de la macula et du nerf optique doit être normale. Lors de l’examen de l’épaisseur des fibres du nerf optique, il arrive qu’on détecte un glaucome infra-clinique ou un autre problème.

Voir les appareils de diagnostic >>

Le fond d’œil préopératoire

Contrôle de l’aspect de la rétine par biomicroscopie. En cas de doute votre ophtalmologiste effectue des examens complémentaires.

Voir les appareils de diagnostic >>

L’analyse des fibres optiques

La qualité de la rétine, de la macula et du nerf optique doit être normale.

Voir les appareils de diagnostic >>

La rétinophotographie

Le fond de l’oeil doit être normal. La rétinophotographie permet de conserver une iconographie de l’état oculaire préopératoire.

Voir les appareils de diagnostic >>

La mesure de l’accommodation résiduelle

Pour la chirurgie de la presbytie, il est nécessaire de procéder en plus à la mesure de l’accommodation résiduelle. Dans certains cas, il sera nécessaire de déterminer l’œil dominant, en mettant une lentille de contact sur l’œil dominé si le chirurgien décidait que la « monovision » est mieux adaptée à votre cas personnel.

Voir les appareils de diagnostic >>

L’asphéricité

Pour la chirurgie de la presbytie, cette donnée doit être soigneusement mesurée et évaluée car elle peut modifier la vision de près. La mesure de l’asphéricité préopératoire est essentielle.

Voir les appareils de diagnostic >>